Sud-Kivu : la Société Civile passe à l’action et remet à la justice des informations sur la corruption

La société civile du Sud-Kivu a remis ce vendredi 12 avril 2019 au procureur général près la cour d’appel de Bukavu, les premières informations relatives à la corruption recueillies dans sa boite à suggestion anti-corruption, installée quelques jours après les élections sénatoriales, émaillées par les accusations de corruption des députés et des candidats sénateurs.

Patient Bashombe, président du bureau de coordination de la société civile du Sud-Kivu indique que les informations déposées vont aider la justice à bien faire son travail. Il invite l’organe de la loi à ouvrir les informations judiciaires contre toute personne citée dans ce rapport afin qu’elle soit poursuivie par la justice.

‘’Nous venons d’être reçus par le procureur général près la cour d’appel de Bukavu. Il était question de pouvoir déposer les premières informations qui nous ont été déposées par la population en ce qui concerne les allégations de corruption dans les établissements publics et services publics et même des cas qui ont été déplorés lors des élections que ce soit à l’assemblée lors des élections des sénateurs et des gouverneurs.  Nous, notre rôle c’était tout simplement de les déposer auprès du procureur général   et comme Vous le savez, la société civile a mis sur pied une boite à suggestion anti- corruption et tout celui qui pense avoir des informations pour pouvoir alimenter l’administration de la justice et collaborer avec la justice, n’a qu’à venir pour le déposer dans la boite à suggestion. La société civile est prête d’aller très loin. Que le procureur ouvre des informations judiciaires et que ceux qui feraient l’objet des enquêtes, si elles sont avérées, qu’ils n’échappent pas au maille de la justice.’’, renseigne-t-il.

Il se dit satisfait de la réaction du procureur qui témoigne sa volonté de prendre en considération le résultat récolté par la société civile auprès de la population à travers la boite de suggestion installée pour cette fin.

‘’La réaction du procureur général a été très bonne, il nous a même remis un communiqué qu’il avait fait diffusé dans les médias demandant à toute la population de collaborer et que donc il est très content de ce que la société civile ait soutenu son approche de collaboration et il est très disposé à travailler avec la société civile pour que nous puissions ensemble lutter contre la corruption dans la province du Sud-Kivu. Il ne ménagera d’efforts pour lutter au niveau judiciaire et ouvrir les informations judiciaires contre toutes les personnes qui ont été citées ou des personnes dont les cas ont été présentés’’ rapporte-t-il.

Pour rappel, il y a plus de trois semaines, la Société Civile avait promis de s’investir dans la recherche des preuves de corruption liées aux élections sénatoriales du 15 mars dernier, celles liées à la gestion de la chose publique au sein des entreprises et services publics. Elle avait mis sur pied une « boite à suggestion anti-corruption ».

Cette boîte anti-corruption, est placée au niveau du Bureau de Coordination de la Société Civile pour accueillir des dénonciations des personnes faites sous anonymat pour ceux qui le souhaitent, en donnant des indications qui peuvent permettre à la justice de se saisir des présumés corrompus et corrupteurs.

Ibag Bagenda (Laprunellerdc.info)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *